Vous serez prévenus...

avertissementCe blog n'est pas un site pornographique. Cependant, il est composé de textes rédigés par un adulte qui ne s'auto-censure pas, et dans lesquels il peut être question de sexualité. For adults only. Sólo para adultos. 為成年人. Nur für erwachsene. Vuxna endast. Voksne bare. Alleen voor volwassenen. Solo per adulti. 大人のみ. только для взрослых. للكبار فقط

***

Grâce à de savants calculs et à un sens de l'observation hors du commun, je peux affirmer qu'il y a 2 curieux en train de parcourir ce weblog.

***

Plus de 53'000 visites à ce jour ! Le blog préféré de Christine Boutin, des intégristes islamistes et de Civitas !

La Galaxie de Jay sur facebook

pub jay fb

Vos commentaires

Liens utiles

sos-hom.jpgc-comme-ca.jpgrefuge

Liens inutiles mais fort intéressants

Mercredi 11 mars 2015 3 11 /03 /Mars /2015 08:11

Lorsque le Journal Télévisé du service public consacre 30 minutes à un tournage de téléréalité qui tourne mal contre 5 minutes pour « le reste de l’actualité », a-t-on le droit de se demander où est la frontière entre information et sensationnalisme sans passer pour un rabat-tristesse sans cœur ?

Un crash d'hélico lors du tournage d'une émission pour TF1 et tout le reste devient secondaire : les dernières horreurs commises par Daesh, l'enquête sur l'assassinat de Nemtsov qui semblerait faire un lien avec le soutien de la victime à Charlie Hebdo, le Parlement européen suspectant le FN d'irrégularités financières, l'explosion du nombre de migrants clandestins en Europe, l'examen de la nouvelle loi sur la fin de vie en France, les renforts de l’OTAN qui débarquent dans les pays baltes susceptibles d’être les prochaines cibles de Moscou, le procès de Bouygues pour l'emploi illicite de salariés sur le chantier du réacteur nucléaire EPR de Flamanville...

Soudain, la mort accidentelle de sportifs partis en Argentine arrondir leurs fins de mois en tournant de la télé-poubelle émeut davantage que les victimes massacrées par l'Etat Islamique. Ou, plutôt, les grands médias nous martèlent que c’est ce fait divers (tragique, j’en conviens) qui doit nous préoccuper avant tout le reste. Allez comprendre...

daech-art.jpgwww.urtikan.net

Par Jay - Publié dans : Journal publiquement intime - Écrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Vendredi 27 février 2015 5 27 /02 /Fév /2015 10:20

bates-motel-01.jpg

Je dois bien l’admettre (enfin, non, rien ne m’y oblige, mais je vais le faire quand même), si en 2013 j’ai commencé à regarder le premier épisode de Bates Motel, c’était uniquement par curiosité cynique : je voulais voir à quel point des producteurs prêts à tout avaient réussi à massacrer le chef-d’œuvre d’Alfred Hitchcock ! Vous pensez : après l’adolescence de Clark Kent (Smallville), voici celle de Norman Bates (Psycho)… ou comment réduire une histoire terrifiante à l’état de série pour ado ! J’avais complètement tort (les préjugés donnent souvent tort). Dès les premières minutes, j’ai été séduit par l’écriture, par l’esthétique mêlant à la fois la déco et la mode des années 50 avec les smartphones et les ordinateurs portables, et par le jeu extraordinaire des deux acteurs principaux, Freddie Highmore (Norman Bates) et Vera Farmiga (sa mère, Norma).

bates-motel-02.jpgNorman et Norma, entre le fils et la mère, c'est fusionnel !

Lorsque l’épisode pilote s’est achevé, j’ai su que je venais de découvrir une série télé de grande qualité. Certes, aucun épisode par la suite n’égalera l’atmosphère qui se dégage de ce pilote (car les histoires secondaires ralentiront un peu le cours des événements), mais l’ensemble des saisons 1 et 2 constitue toutefois un écrin télévisuel réunissant des scènes d’anthologie portées par deux grands acteurs tout à fait convaincants.

bates-motel-04.jpgQui de la mère ou du fils est le/la plus psychologiquement déséquilibré(e) ?

Bates Motel, c’est à la fois un prequel du film d’Hitchcock (mais pas tout à fait puisque la série se déroule à notre époque) et une étude de mœurs qui montre comment une relation malsaine mère-fils peut donner naissance à un monstre.

bates-motel-03.jpgOn assiste à la passion naissante de Norman pour la taxidermie...

Autant dire que j’attends la diffusion de la saison 3 avec impatience ! Ca commence le 9 mars prochain, toujours sur la chaîne américaine A&E.

bates-motel-11.jpgNorma et le sheriff Romero (Nestor Carbonell)

bates-motel-12.jpgVous remarquerez la ressemblance entre l'acteur (déjà vu dans Lost) et Anthony Perkins (le Norman Bates de Psychose)...

bates-motel-05.jpgL'adjoint du sheriff, interprété par Mike Vogel (qui a dit « les mouettes » ?) que l'on retrouve avec la barbe (et avec plaisir) dans Under the dome, la série de Steven Spielberg et de Stephen King.

bates-motel-06.jpgDylan (Max Thieriot), le demi-frère de Norman...

bates-motel-07.jpg...un personnage pour le plaisir des yeux, mais pas seulement : Norma dissimule un terrible secret concernant sa naissance !

bates-motel-08.jpgOn reconnaît le fameux escalier de l'angoissante maison, filmé notamment en contre-plongée dans une scène anthologique du film d'Hitchcock.

A noter qu’il n’est pas nécessaire d’avoir vu Psychose pour apprécier Bates Motel, mais c’est se priver des nombreux clins d’œil visuel (angles de prises de vue identiques entre le film et la série, dans des décors identiques) et de références scénaristiques exactes que de ne pas regarder d’abord le chef-d'œuvre du Maître du suspens…

bates-motel-09.jpgRessemblance frappante entre Freddie Highmore et Anthony Perkins : souvenez-vous de la dernière scène du film !

Allez ! pour clore cet article, une dernière photo de Max Thieriot (on ne se refuse rien)...

bates-motel-10.jpg

Bates Motel © A&E Network

Par Jay - Publié dans : Journal publiquement intime - Écrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Jeudi 26 février 2015 4 26 /02 /Fév /2015 08:50

Plus fort que L’Histoire de France pour les nuls

En 52 avant Jésus-Christ, toute la Gaule est occupée par les Romains. Toute ? Non ! Une grande partie est conquise par Clovis Ier, roi des Francs, qui oblige l’empereur Auguste à déposer les armes à Alésia en s’exclamant « Ainsi as-tu traité le vase de Soissons ! » Puis, c’est en 732 que Charles Martel, dit Charlemagne, repousse l’invasion musulmane à Poitiers après avoir inventé l’école, ce qui permet à Pépin le Bref de faire reculer les frontières françaises en annexant l’Aquitaine et la Bretagne. En 987, Hugues Capet devient roi de France. Mais, les Anglais prétendent au trône et, là, c’est la Guerre de Cent ans… qui durera 116 ans. François Ier y met un terme en promulguant l’Edit de Nantes, ce qui a le don d’énerver Ravaillac, un catholique fanatique, qui assassine le roi dans sa baignoire. Tandis que le Cardinal de Richelieu crée l’Académie Française dans le but pour que tout le monde y parle bien la même langue, Louis XIV affirme que l’Etat c’est lui en lançant la construction du Château de Versailles, nouvelle demeure des rois de France d’où s’enfuient Louis XVI et Marie-Antoinette qui seront arrêtés à Varennes par les troupes napoléoniennes. Napoléon Bonaparte devient alors empereur et se couronne lui-même sur l’île de Sainte-Hélène avant de mourir empoisonné par les Anglais. Notons que c’est la dernière fois que l’Angleterre s’oppose à la France, les deux nations devenant alliées face à l’ennemi prussien qu’ils combattent ensemble dans les tranchées, sans se raser, jusqu’à la complète reddition d’Hitler forcé d’admettre que du haut des pyramides quarante siècles le contemplent. Enfin, Charles de Gaulle instaure la Vè République en prononçant ces mots devenus célèbres : « Je vous ai compris, au revoir ! »

Voilà, c’est tout, le reste n’est que menus détails sans importance. Ce résumé vous suffira à briller en société et/ou à obtenir votre bac. Ne me remerciez pas.

David_couronnement_de_l-Empereur_et_de_l-Imperatrice-1804.jpg6 janvier 1805 : Henri IV a tiré la fève. On le voit ici choisir sa reine parmi ses favorites. C'est Fanny de Pompidou qui est l'élue. Riri lui remet sa couronne en déclarant à l'assemblée présente : « Ralliez-vous à notre panache blanc, nous sommes vos monarques, moi et pis Fanny ! » (photo prise par le coiffeur Jean-Louis David, collection privée)

Par Jay - Publié dans : Contes, nouvelles et autres bêtises - Écrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Mercredi 1 janvier 2014 3 01 /01 /Jan /2014 10:58

S’il existe une coutume qui me met particulièrement mal à l’aise, c’est bien la présentation des vœux pour l’an nouveau. Je t’explique pourquoi.

Autrui se divise en trois catégories : l’autrui qu’on n’aime pas, l’autrui dont on se fiche éperdument et l’autrui qu’on affectionne. Dès lors qu’on fréquente autrui (voisin, collègue, époux de mon beau-frère, hôtesse de caisse), quelle que soit la catégorie à laquelle il appartient, on est tenu de lui souhaiter VERBALEMENT le meilleur pour cette nouvelle année. Or, l’autrui qu’on n’aime pas, si on lui souhaite des trucs, ce n’est sûrement pas le bonheur, la santé et tout le tra-la-la ! L’autrui dont on se fiche, on ne lui souhaite aucun mal, mais… on s’en fiche. Quant à l’autrui qu’on affectionne, on se soucie de son bien-être tout au long de l’année sans qu’il soit nécessaire de formuler des vœux qui ne sont que de pieuses paroles qui nous permettent de passer pour quelqu’un d’attentionné.

Bref, dans tous les cas, souhaiter la bonne année est un acte vain engendré par l’habitude, la bienséance et, surtout, par la crainte de passer pour un acariâtre impoli et égoïste si l’on garde in petto de bienveillantes pensées. Comme si cette obligation sociale ne suffisait pas à me contrarier, il va falloir affronter, le sourire aux lèvres, tous les clichés annuels que l’on doit accueillir avec la même bonne humeur que si on les entendait pour la première fois de sa vie :

– « …et puis, la santé, surtout, parce que quand on n’a pas la santé, rien ne va. » (dit l’hypocondriaque)

– « Bonne année, je vous souhaite plein de bonnes choses. » (dit le paresseux dépourvu de vocabulaire)

– « …de l’argent, aussi, parce que ça fait pas le bonheur mais ça y contribue, hein ! » (dit le comptable)

– « Je vous souhaite la réussite professionnelle. » (dit la conseillère de Pôle Emploi)

– « Ah bah ! bonne année, au fait, après tout on a jusqu’au 31 janvier ! » (dit celui qui adore les bons vœux et qui fait chier jusqu’au bout)

Enfin, je ferai remarquer que, selon un sondage Ifiotte commandé par moi-même, 100 % des personnes qui décèderont en 2014 auront reçu les bons vœux pour la nouvelle année. Etonnant, non ?

Toutefois, s’il y a quelque chose que je déteste encore plus que le nouvel an, c’est de passer pour un acariâtre impoli et égoïste. Par conséquent, cher lecteur, je te souhaite… PFF ! non, vraiment, ça me saoule !

bonne-annee.jpg

Par Jay - Publié dans : Journal publiquement intime - Écrire un commentaire - Voir les 4 commentaires
Samedi 28 décembre 2013 6 28 /12 /Déc /2013 08:33

Cette nuit, j'ai rêvé que j'étais un vampire et qu'Eric Northman (True Blood) était mon Créateur.

Eric-Northman-02.jpg

Lui et moi nous retrouvons par hasard dans une file d'attente, à la banque. Il me prend dans ses bras et, en me regardant tendrement, me dit qu'il ne comprend pas pourquoi je m'entête à vivre comme un humain alors que je suis davantage et que je pourrais accomplir tellement de choses. Je réalise alors que la peur et la difficulté à comprendre ce que je suis réellement m'empêchent de suivre ma destinée, et je décide que, lors de notre prochain rendez-vous, je révèlerai à mon psy que je suis « un croqueur ». Ce que me déconseille Eric, le Dr. P. n'étant qu'un humain incapable de concevoir la profondeur de mon âme.

Eric-Northman-01.jpg

Photos © HBO

Par Jay - Publié dans : Journal publiquement intime - Écrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Dimanche 24 novembre 2013 7 24 /11 /Nov /2013 11:41

Et pourquoi n’aurais-je pas le droit de haïr l’automne ? Parce que c’est un acteur du Grand Cycle de la Nature et de la Vie, et gna-gna-gna, et gna-gna-gna ? J’abhorre l’automne, n’en déplaise à tous ces poètes qui se complaisent à élaborer des rimes avec « monotone », « bretonne », « trombone » ou « acétone ». L’automne, c’est un été agonisant au cours duquel on est condamné à marcher sur des trottoirs boueux et glissants, sous un crachin glacé, à observer, impuissant, les feuilles des arbres mourantes perdre leur vert tendre au profit d’un teint bilieux, orange carcéral ou rougeaud d’ivrogne clochardisant. Tandis que les animaux, malins, ont compris qu’il fallait se préparer à traverser une période critique et mortelle, nous nous entêtons à marcher ou à crever.

L’écureuil, inquiet et prudent, fait ses provisions pour l’hiver. Nous nous levons dans la nuit et le froid pour aller travailler avec un sourire détaché et figé genre « Ah ? l’été est fini ? Oui, et alors ? »

Le chat dévore des rations doubles de croquettes et fait brûler sa fourrure contre le radiateur. Nous faisons un régime pour nous préparer aux excès des fêtes de fin d’année et nous tardons à sortir la doudoune et les gants (parce qu’on les a rangés dans un carton, faute de place dans la penderie, et que ça fait chier de monter au grenier poussiéreux et glacial, surtout parce qu’il faut huiler l’échelle escamotable putain elle est encore coincée cette année).

Le chien, lui, est plus con que les autres bêtes : quand la nuit commence à tomber, un peu avant 16 heures, il veut quand même sortir pisser, alors que nous, nous irions bien nous coucher (ou nous flinguer).

automne.jpg

Les oiseaux ne chantent plus, les marrons bousillent la carrosserie de la Clio en se laissant tomber de tout leur poids, les coins à champignons frustrent nos omelettes en se dérobant à notre regard, la pluie triste et lente s’infiltre dans la cheminée avec un ploc-ploc plus déprimant qu’une chanson de Mylène Farmer ou de Léo Ferré et ruisselle le long des carreaux, laissant des traces de larmes d’enfant sur des joues sales, l’air vif mord les oreilles et tapisse les narines de givre brûlant tandis que l’on dépose des chrysanthèmes blanchâtres sur les tombes des disparus dont on célèbre le souvenir à l’occasion de la Toussaint (respirez) alors que ça paraîtrait plus incongru si on y songeait au mois d’août alors que l’on rôtit sur la plage. La veille, on a passé toute la soirée dans le silence et l’obscurité, craignant de se fait gauler par les gosses des voisins parce qu’on a oublié d’acheter les bonbons d’Halloween.

Mais l’hiver nous délivrera de l’automne, comme la mort délivre de l’agonie.

Cet article vous a été présenté par Lexomyl des laboratoires Luthorcorp.

Par Jay - Publié dans : Journal publiquement intime - Écrire un commentaire - Voir les 8 commentaires
Vendredi 21 juin 2013 5 21 /06 /Juin /2013 14:08

Oui, j’ai toujours préféré les blonds (les vrais, pas les décolorés), ceux qui ont les yeux bleus ou verts, la peau pas trop mate, les Vikings, les Germains, les Suédois. Même leurs poils blonds me rendent fou de désir, alors que les poils bruns autres que pubiens ne me charment pas plus que ça.

blond.jpg

Mais, connaissez-vous l’origine de la blondeur ? C’est le gène MC1R (Récepteur de la MélanoCortine de type 1) qui a muté il y a environ 11.000 ans, pendant la période glaciaire. Avant cela, tous les hommes étaient bruns. A l’apparition de cette mutation, la couleur dorée, par sa rareté, aurait été très appréciée par les Européens qui en auraient fait une caractéristique de sélection sexuelle. Cela expliquerait la durabilité de cette mutation en Europe. Toutefois, les chercheurs estiment qu’à cause du déclin démographique européen et en raison du métissage, la blondeur aura disparu au XXIIè siècle. A moins qu’on prolonge l’espérance de vie de façon extraordinaire, je ne serai plus là pour pleurer le dernier blond, alors je commence à le faire maintenant, les jours de déprime.

Pour l’anecdote, une enquête et un sondage (IFOP) ont été menés en 2010 pour le magazine Causette : il montre que les blondes et les blonds seraient proportionnellement plus nombreux à voter à droite qu’à gauche. Quel dilemme pour moi ! Mon bulletin de vote s’élance résolument à gauche, mais ma bite mon cœur se dresse bat vers la droite !

s-habiller-03.jpg

Pour le cas où vous vous poseriez la question, Erwann est un beau blond des Vosges, et un gauchiste pur et dur (ah ! oui, ce qu’il est dur)… je suis un putain de châtain veinard !

Dans un prochain post, tout aussi essentiel et édifiant que celui-ci, je vous parlerai des roux, mes préférés après les blonds !

Par Jay - Publié dans : Journal publiquement intime - Écrire un commentaire - Voir les 5 commentaires
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés